Cyril Rouge


Lives and works in Toulouse. / Vit et travaille à Toulouse.

 

UN HIVER OU UN SOIR ( C'était presque à Berlin )

FICHE TECHNIQUE

Un Hiver ou un soir ( c’était presque à Berlin ) France, 2002
Taille : 10,8 Mo
Durée : 7’30’’ Tournage : Mini DV Master : DVC Pro Format de diffusion : BETA SP Pal / Mini DV
Format de présélection : VHS Pal

Avec : Jörn Käblitz
Citations musicales : A Silver Mont Zion / Constellation Records
Assistants : Hans-Joachim Fetzer et Julie Laurent
Production : K. Rot Production ©
Postproduction : Studio Fearless (Marseille V.2002)
Distribution : Cyril Rouge / Fearless Médi@terranée
Diffusion : XV° Instants Vidéo de Manosque


RESUME

Un homme traverse un hall d’aéroport. Il passe avec son bagage monté sur roulettes devant un mur de briques, puis pénètre dans un appartement. A la cuisine, il lit une lettre, puis va se coucher. Réveillé, il regarde les nuages courir derrière la fenêtre, boit des bières, retourne au lit, contemple les nuages à nouveau, dort encore. Cette vie d’intérieur se répète, et à mesure s’accélère, variant imperceptiblement. Peu à peu se construit un univers en vis à vis. Depuis l’appartement où le personnage s’est enfermé l’on aperçoit d’autres fenêtres, derrière lesquelles se jouent des tranches de vie fugaces, où la plus grande quotidienneté par-delà la banalité livre un peu de son étrangeté.
Le personnage se dissout dans le sommeil et la boisson, tandis que les ouvertures sur le dehors accroissent leur potentiel onirique et s’offrent un surcroît de présence. Cette vie en boucle n’était-elle qu’un rêve, quelques minutes d’une nuit sommeilleuse ? L’heure du réveil sonne in fine, elle est aussi celle du départ. Le personnage prend son bagage, repasse devant le mur de briques et parcourt de nouveau le hall. Il disparaît dans un chuintement.

INTENTIONS

« Quiconque vit abandonné et voudrait cependant, çà ou là, lier quelque relation, quiconque, en face des changements que lui imposent les heures, les saisons, le métier ou toutes autres circonstances, veut trouver un bras, un bras quelconque auquel se tenir – celui-là ne pourra se passer longtemps d’une fenêtre sur rue. Et même s’il en est au point de ne plus rien chercher, même s’il n’est plus qu’un vieil homme recru de fatigue qui s’appuie à sa fenêtre et promène ses yeux entre le public et le ciel, la tête un peu rejetée en arrière, sans plus rien vouloir, les chevaux l’entraîneront cependant dans leur cortège de voitures et de bruit, pour le replonger enfin dans le concert des hommes».
Franz Kafka


C’est un film d’exil, peut-être l’histoire d’un passage à travers le vide laissé par Dieu une fois que celui-ci s’est retiré, ou le vide laissé par je ne sais quoi. Un Hiver ou un soir est mon projet le plus « narratif », et pourtant j’ai cherché à dissoudre l’histoire, à l’abstraire, à tel point que le spectateur éprouve un grand manque et sente se dérober ce qui apparaît d’abord comme représenté. Le passage du personnage, l’enfermement qu’il vit, participent bien entendu d’un projet symbolique : c’est une allégorie de la condition humaine, en ce qu’elle peut atteindre à l’absurde, s’accrochant aux habitudes, à la triviale ivresse, à son goût pour les fenêtres ( la télé en est une ). Mais ce petit film tout bricolé, aux sons asynchronisés, aux rythmes accélérés ou ralentis, aux mouvements inversés, avec sa structure en miroir, cette brève vanité voulait surtout mettre en exergue un rayon de soleil, libéré par la course des nuages : Il nous a laissés seuls, mais un éclat lumineux traverse parfois la toile du temps.



SANS TITRE

FICHE TECHNIQUE

( Sans Titre ) / ( untitled ) Cyril Rouge 2002
Taille : 4,4 Mo
Durée : 5 minutes 30’’. Tournage : Mini DV
Master : DVC Pro Format de diffusion : BETA SP Pal
Format de présentation : VHS Pal

Avec : un crâne en savon ( film d’animation )
Assistants : Miriam Blaustein , Monsieur Bruna
Production : Cyril Rouge
Postproduction : Studio Fearless (Marseille ; 01 / 2002).
Distribution : Fearless Médi@terranée / Cyril Rouge
Projections publiques : XV° Instants Vidéo de Manosque

RESUME

La dissolution d’un morceau de savon en forme de crâne dans une vasque, sous un flux d’eau variable. Le crâne apparaît au lieu d’un trou d’évacuation, il fond au contact de l’eau, puis devient informe.

INTENTIONS

Dans les Camps de la Mort on faisait du savon avec la graisse et les os des personnes assassinées, est-il raconté. La forme humaine était réduite à un volume manufacturé pour l’hygiène. J’ai inversé le rapport, je suis parti de l’informe savon et je l’ai travaillé afin de recréer une forme humaine, Golem de ma hantise, celle de vivre dans un monde d’après la Catastrophe mais d’où la Catastrophe n’a pas été bannie et se rejoue sans cesse.
Dans la vidéo se conjoignent deux objets élémentaires de la civilisation, le crâne et le savon. Le culte des morts et l’hygiène cristallisés en une forme unique. Cette forme est certes soumise à l’action délétère de l’eau, mais par delà la destruction se joue une méditation en image conduisant à envisager autrement l’émergence de la masse informe, produit de la dissolution. Alors le bloc de matière blanche d’apparaître ainsi qu’un cerveau libéré de l’os, une mémoire et une pensée à vif, disponibles à ce que soit inventé du possible.
De la photographie du crâne, appréhendée dans une fixité morbide vers l’image informe, par l’action d’un flux, j’ai cherché à dynamiser une conception de l’image mouvement dans son rapport à l’image arrêtée, et à rendre perceptible la lutte de la fixité et du flux, de la forme et de l’informe, de la représentation et de la présentation.
La mise en œuvre ne devait pas laisser de place au racolage, et j’ai voulu un rythme sec, bien que soutenu, qui accroche et ne mime pas la dissolution. L’austérité formelle est donc ici souhaitée comme l’expression d’une marque de respect à l’égard du « champ » visité.



RESSAC


FICHE TECHNIQUE

Ressac « Easy Watching Version » Cyril Rouge (France) 2001
Taille : 22,4 Mo
Durée : 13 minutes Tournage : Mini DV
Master : DVC Pro / Format de diffusion : BETA SP / miniDV
Format de présélection : VHS Pal

Avec : Hans-Joachim Fetzer, Thomas Thiel et Cyril Rouge
Citations musicales : Comedian Harmonists, Fred Frith
Assistants : Rodolphe Séraphine et Julie Laurent
Production : E.S.B.AM. (Marseille) / Rougimage
Postproduction : Studio Fearless (Marseille II.2001)
Distribution : Fearless Médi@terranée
Diffusion : 14° Instants Vidéo, Manosque (France, XI/ 01)
Khoule Club (Berlin, III / 02); Filmhaus (Nürnberg, V / 02)


RESUME

Un homme vient au bord de la mer avec un escabeau et le déplie à côté de lui. Tandis qu’il contemple les vagues, un autre vient, gravit les marches de l’objet, et s’assied à son sommet. Le premier venu, voyant cela, décide de s’asseoir à son tour, et pour ce faire utilise l’une des marches centrales. Après un temps, un troisième arrive, et s’installe sur la première marche. L’homme au sommet finit par tomber sur le sable. Alors celui qui était assis au milieu prend sa place, et le dernier monte à son tour de quelques degrés. Un temps. L’homme effondré se relève et prend place sur la première marche…

INTENTIONS

Cette vidéo met en scène un escabeau et trois personnages, mais la mer en apparaît vite comme le protagoniste. Sur les degrés de l’escabeau se joue un cycle, au symbolisme aussi indéniable qu’ouvert, une ascension dont l’alternance est rythmée par la chute de qui peut contempler la mer.
La plage devient un petit théâtre, où les hommes jouent leur dérisoire passage tandis que le ressac perdure, imperturbable. A la fin, le retour de l’escabeau et le parfait alignement de son plateau avec la ligne d’horizon arrêtent le mouvement de l’ascension et de la chute, en ce qu’advient une « harmonie ». L’image est faite et se fige en photographie, la musique vient enlever ou relever cette parfaite fixité, celle d’un bonheur teinté de mélancolie dont se nimbent les images que l’on aimerait garder, les images d’avant la chute. J’ai voulu cette pièce contemplative et apaisante, comme une halte lors d’une promenade sur le rivage, une invitation à s’allonger sur le sable.




SE TAIRE


FICHE TECHNIQUE


( se taire ) France, 2001
Taille : 1,2 Mo
Avec : ma bouche et un caillou
Production : ESBAM / Cyril Rouge
Postproduction : Studio Fearless
Distribution : Cyril Rouge / Fearless Médi@terranée
Diffusion : ESBAM


RESUME

un caillou dans la bouche. L'avaler pour apprendre à se taire. Un bavardage impénitent se voue au silence des images...


INTENTIONS

Ce court film fait partie d'un projet d'installation, "castration suite", kit pour une histoire défaite. C'est peut-être un manifeste. Epreuve banale mais intense ( le caillou est très gros ), perte de soi dans le détail de soi, apprentissage du silence en vue d'un autre langage...

 


Copyright © 2001-2003 Cyril Rouge - All rights reserved