>Une aire de repos
Même si l’on sait bien que le clivage entre ville et campagne s’est atténué, il semble persister une image particulière dans l’esprit collectif liée à la vie à la campagne. Une image tantôt méprissable, tantôt rassurante.
La campagne reste un argument marketing très fort pour vendre des purs produits industriels comme la confiture Bonne Maman, les poulets fermiers de loué, etc...

Dans les spots publicitaires pour les nouvelles technologies, comme ceux d'IBM (E-Buisness) on présente une vieille marchande d’huile d’olive perdu dans un petit bled et qui raconte à deux touristes amércains qu’elle vend aussi dans l’Ohio!
Ou pour la Toyota wanadoo, un jeune couple perdu dans la cambrouze qui demande « le site de Merzac » (ou un truc comme ça) à un vieux berger qui leur indique la route en remplaçant « vous tournez » par «vous cliquez » et « y’a pas de mal! » par « y’a pas de bug! ».

Qu’en est-il réellement de tout ça?
Quand on sait que l’internet à haut débit (ADSL) n'arrivera dans mon village (env. 2000 hab) si tout va bien qu'avec trois ou quatre ans de retard, après que la communauté de communes se soit associée pour le réclamer.